Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
histoire-geovieljeux.over-blog.com

Les médias, l’opinion publique dans les crises politiques en France depuis l’Affaire Dreyfus

9 Mai 2013 , Rédigé par GUEDON J-J Publié dans #Term. ES 2015

Introduction

Opinion publique : ensemble des idées, des jugements et des attitudes que suscitent les problèmes touchant la société (politique, économique et sociaux).

Médias : moyens de diffusion de l’information, de l’opinion

Emergence de l’opinion publique et des médias est indissociable de l’avènement de la démocratie et la reconnaissance des libertés fondamentales

1881 : liberté de la presse en France

C’est à travers les crises de la démocratie que l’on perçoit le mieux le rôle des médias dans l’expression et la formation de l’opinion publique.

Comment évoluent les relations entre le pouvoir politique, l’opinion publique et les médias dans le contexte bien particulier des crises politiques ?

Comment les médias participent-ils à la formation et à l’expression d’une opinion publique ?

Médias sont des sources pour l’historien

I – L’Age d’or de la presse (Fin XIXe – début XXe s.) : le rôle des médias dans les crises de la République

A – La naissance d’une presse de masse

Grand angle p. 160-161

1881 : loi très libérale sur la presse : liberté à l’égard du pouvoir, impunité + Accroissement du niveau d’instruction des Français = X des quotidiens surtout parisiens.

4 titres totalisent 4 M d’ex (cf doc 2 : Le Petit Parisien, Le Petit Journal, Le Matin, Le Journal) qui diffusent en province / x des titres en provinces (parfois plusieurs titres par département)

Grandes agences de presse (Havas = AFP en 1944)

X 10 des tirages quotidiens : presse bon marché, souvent illustrée (caricatures, dessins)

Information accessible à tous (1 quotidien /4 hab. = 9-10 M de quotidiens vendus). Presse populaire et quotidiens régionaux sont plutôt modérés ;

Mais aussi presse d’opinion, très engagée politiquement = royaliste/nationaliste/catholique/Antisémite / Anticléricale/ socialiste

= affrontements politiques par journaux interposés

La presse est souvent à l’origine des scandales qui traversent le régime…

B- La presse et l’affaire Dreyfus

Dossier page 162-3

Comment l’affaire Dreyfus révèle-t-elle l’émergence de la presse et de l’opinion publique comme composantes de la démocratie naissante ?

Contexte politique, social : France divisée (Républicains / antirépublicains ; catholiques / laïcs), développement de l’antisémite, virulence du nationalisme

Enjeux de la crise ? Erreur judiciaire ; justice / valeurs de l’armée

Quels sont les médias ? La presse : âge d’or

Quel est le poids de chacun ? Tirages très importants

Comment se positionnent-ils pendant la crise ?

Presse divisée : dreyfusards (Aurore) /antidreyfusards (la Libre Parole qui lance l’affaire)

Etat de l’opinion publique :

Engagement des lettrés, artistes (« intellectuels ») ; opinion publique divisée, propos souvent violents, injurieux, mais évolution de l’opinion vers une révision du procès…

Réponse à la problématique.

Des intellectuels utilisent la presse pour s’opposer à une erreur judiciaire, pour défendre les valeurs humanistes et démocratiques contre l’opposition conservatrice, catholique ou antisémite. Ils influencent l’opinion publique et obtiennent la révision du procès en 1906

C – Les médias dans la crise du 6 février 34

Dossier p. 166-7

Période de recomposition : moins de quotidiens et tirages importants, développement des périodiques, notamment photographiques (Vu, Match…)

Emergence de nouveaux médias d’informations : la radio (5 M de postes en 1939) accusée d’être au service du gouvernement / quelques radios privées ; actualités cinématographiques (Pathé-journal, France Actualités d’Havas et Gaumont)

1ers sondages d’opinion relayés par les journaux = naissance de l’Institut Français d'Opinion Publique (IFOP) au moment des accords de Munich en 1938 : 1er sondage : « acceptez-vous les Accords de Munich ? seulement 57% de oui

Comment les médias ont-ils suscité et accompagné la crise du 6 févier 1934 ?

Contexte politique, social : France divisée (Républicains / antirépublicains ; catholiques / laïcs), développement de l’antisémite, virulence du nationalisme

Enjeux de la crise : survie de la démocratie parlementaire

Quels sont les médias ? La presse, la radio

Quel est le poids de chacun ? Impact important des photographies sur les lecteurs ; radio contrôlée par l’Etat.

Comment se positionnent-ils pendant la crise ? Presse à l’origine de la crise (Canard enchaîné). Propos violents contre République de la part des journaux proches des ligues (arrestations rédacteurs)

Etat de l’opinion publique :

Presse populaire engagée, divisée : presse de droite accuse la république de crimes / presse de gauche y voit une tentative de coup d’Etat

Intervention des intellectuels contre l’émergence des Ligues.

Réponse à la problématique :

Médias reflètent la crise politique, idéologique en France et ont peu d’impact face aux mouvements de fond de l’opinion publique = émergence du Front populaire

II – Les médias sous surveillance ou sous contrôle jusque dans les années 1970

A – Le contrôle des médias sous le régime de Vichy

Opinion publique désemparée par défaite. Médias contrôlés : situation militaire ignorée des Français (cf vidéo)

Doc 4 p. 169 : Montrez que le contrôle des médias est un enjeu central pour le nouveau régime.

Contrôle par les autorités allemandes et de Vichy (en zone libre) des médias = censure, propagande en faveur de l’Allemagne et du régime de Vichy. Actualités cinématographiques sous contrôle allemand en zone nord (Actualités mondiales) et France Actualités passe en zone libre

Mais contrôle non complet : émission française à la BBC (générique : « radio paris ment ») ; presse clandestine de la Résistance : par exemple Combat du mouvement de résistance du même nom (à partir de 1941, 58 numéros). Le contrôle de l’information est un enjeu pour le gouvernement de Vichy comme pour la Résistance = « guerre des ondes »

1944 : Ordonnances sur la liberté de la presse = suppression des journaux collaborationnistes

1944 : création du Monde (journal neutre tourné vers le monde), 1945 : contrôle de l’Etat sur les émissions radio et tv (Office RTF jusqu’en 74) Premier journal tv en 1949

Explosion de la presse magazine (L’express) et des journaux régionaux (Ouest-France, Sud-Ouest)

B- La crise du 13 mai 1958 : le contrôle des médias pendant la guerre d’Algérie

http://www.ina.fr/video/AFE86003620/les-actualites-francaises-edition-du-21-mai-1958.fr.html

http://www.ina.fr/video/AFE86003622/les-actualites-francaises-edition-du-4-juin-1958.fr.html

Dossier p. 170-171

Comment les médias sont-ils contrôlés par les différents pouvoirs dans la crise de mai 1958 ?

Contexte politique, social :

Guerre d’Algérie. Les Européens d’Algérie et les militaires se rebellent contre désir de négociations du gvt français avec les indépendantistes.

Enjeux de la crise : unité de la France, survie de la IVe R, puis légitimer l’arrivée de De Gaulle au pouvoir

Quels sont les médias ? La presse, la radio, débuts de la Tv (2 chaines)

Quel est le poids de chacun ? Tv contrôlée, presse accède de plus en plus difficilement aux informations, photographies (censure instaurée le 26 mai 1958).

Comment se positionnent-ils pendant la crise ? Presse à l’instar politiques et opinion publique divisée : l’Express, l’Humanité Le Monde / le Parisien libéré. Ne relatent pas de la même façon les évènements de mai

Etat de l’opinion publique :

Opinion publique n’a qu’une vision limitée de la guerre d’Algérie : peu les évènements militaires ; plus les oppositions politiques, crises ministérielles. Français résignés, attentistes, peu favorables à l’aventure militaire et acceptent la perte de l’Algérie (sondages)

Réponse à la problématique :

Surinvestissement des politiques, des journalistes et des intellectuels autour le guerre d’Algérie / opinion publique. S’explique par le contrôle des médias ? résignation des Français ?

C – Le contrôle des médias contesté pendant la crise de mai 1968

http://www.ina.fr/video/CAF87002486

Dossier p. 174-5

Comment la crise de mai 1968 transforme-t-elle le rapport entre le pouvoir, les médias et l’opinion publique ?

Contexte politique, social

Société française en crise. Conflit de générations : jeunesse aspire à plus de libertés / contrôle de l’Etat sur la culture et la société

Enjeux de la crise

Liberté d’expression, progrès social …

Quels sont les médias ? Radio, Tv souvent contrôlés ; presse souvent favorable aux mouvements

Quel est le poids de chacun ? Nouveaux médias contestataires : presse alternative, affiches(des ateliers des Beaux-Arts), les artistes s’engagent = art engagé. Nouveaux lieux, d’expression : places, rues du Quartier latin, universités, salles de spectacle.

Comment se positionnent-ils pendant la crise ? Journalistes approuvent mouvement = médias paralysés, les médias sont des acteurs importants de la crise.

Etat de l’opinion publique : Engagement des lettrés et artistes…

Réponse à la problématique :

ORTF durablement contestée. De Gaulle ne convainc pas les Français à la TV le 24 mai, il utilise la radio le 31 mai.

Fin crise de mai 68 = reprise en main des médias audiovisuels pour quelques années / dvpt presse critique de gauche « Libé » (Libération)

III – Les relations médias, opinion publique et vie politique bouleversées depuis les années 80

Pas de crise politique majeure

A – La liberté des médias mais la soumission à des enjeux économiques

Début des années 70 : presse entre en crise / développement des médias audiovisuels

Suppression de l’ORTF en 1974 (3 chaines tv)

Multiplication des radios qui émettent illégalement.

= Loi de 1982 : communication audiovisuelle est libre = première chaîne privée en 84 (canal+) …. Depuis multiplication des chaines avec TNT et Tv internet

Autonomie financière des médias réduite : contrôle des financiers, groupes industriels… Question de la collusion entre milieux d’affaires, journalistes et politiques. Marchandisation des médias = omniprésence de la pub, recherche du scoop, des infos people … =

Développement d’une culture médiatique : cad influencée par la tv, radio = culture du divertissement, du spectacle, de moins en moins de l’information.

B- L’absence de crises politiques graves, mais un rapport médias/ opinion publique complexe

Dégradation de l’image des politiques (affaires politico-financières) = rôle de la presse d’investigation pour concurrencer tv.

Politiques utilisent des communicants pour leur slogan, leur discours, leur image (Séguéla- Mitterrand), s’affichent dans les médias, utilisent des sondages …

= Des hommes politiques à l’image ternie se font réélire : F. Mitterrand, J. Chirac …. Le discours politique se focalise sur les hommes (Sarkozy) ; politiques s’affichent avec des journalistes, présentateurs tv (même des couples).

Divorce opinion publique/médias : en 2002, Journalistes, sondeurs ne prévoient pas les résultats : JM Le Pen au 2e tour ; 2005 : référendum Constitution européenne = journalistes majoritairement favorables au OUI. Médias ne peuvent pas aller à l’encontre de l’opinion publique…

Politiques tiennent compte des angoisses, craintes, peurs de l’opinion publique que les médias entretiennent (thème sécuritaire en 2002, 2007).

Questions sur les sondages : sont-ils capables de modeler l’opinion publique ? Opinion publique fabriquée par les sondeurs ? (Bourdieu)

C- L’irruption des NTIC depuis les années 1990

X des médias, notamment issus d’internet, qui captent de plus en plus les recettes publicitaires …. = Difficultés financières des autres médias

Modification des relations Pouvoir politique / opinion publique avec les nouveaux médias

Multitude des opinions s’affiche, possibilité de répondre rapidement aux politiques via les réseaux sociaux (forums, blogs, tweeter). Multiplication des émissions politiques où interviennent des personnes.

Internet est un formidable outil de mobilisation des masses et la nouvelle presse d’investigation utilise internet (Mediapart).

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article