Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
histoire-geovieljeux.over-blog.com

Le changement climatique depuis le début de l’ère industrielle : approches historique et géopolitique (plan très détaillé)

21 Février 2021 , Rédigé par GUEDON Jean - Jacques Publié dans #Term HGGSP

Le changement climatique depuis le début de l’ère industrielle : approches historique et géopolitique (plan très détaillé)

L’étude des modifications du climat à l’échelle planétaire est récente. Les données sur l’atmosphère permettent de retracer l’évolution des conditions météorologiques sur de grands espaces et de longues périodes. Le climat change continuellement, mais depuis les débuts de la révolution industrielle, c’est l’homme qui en est l’acteur principal. Depuis deux siècles, par ses activités de production et sa consommation de ressources l’homme est responsable d’un changement rapide du climat. Si les conséquences environnementales sont maintenant très visibles, les conséquences géopolitiques le sont moins. Pourtant si l’industrialisation a modifié les relations entre les Etats, ses conséquences climatiques ont aujourd’hui créé des conditions nouvelles qui changent la donne.  

Comment le changement climatique est-il devenu un enjeu des relations internationales ?

Le changement climatique est un enjeu mondial qui nécessite une entente et une coopération internationales.

Pourtant, les tensions et les rivalités entre Etats persistent car il remet en cause les modèles de développement économique et social et fragilise les territoires.

 

I – une prise de conscience du changement climatique récente et une volonté non unanime de l’enrayer …

 

            Le réchauffement climatique : une prise de conscience récente à l’échelle de l’ère industrielle. Années 1970 : prise de conscience scientifique et politique à l’échelle mondiale d’un changement climatique qui se traduit par un réchauffement global (rapport Meadows sur les limites de la croissance, PNUEnvironnement, Organisation Météorologique Mondiale). Années 80 : grandes conférences en vue de démarrer négociations sur le climat ; création du GIEC, 1988, rapports Brundtland sur le développement durable,1987.

            Des tentatives de négociations internationales pour le limiter… Sommet de RIO, 1992 = Conférence Cadre des Nations Unies sur les Changement climatiques : grands principes de responsabilité, de polluer-payeur, de précaution mais sans objectifs et contraintes ; conférence de Kyoto, 1997 sur des objectifs de réduction des émissions de GES ; Conférence des Nations Unies prennent la forme des COP (Conférence des Parties) réunissant tous les acteurs de la lutte contre le changement climatique. COP 21 en 2015 donne lieu aux accords de Paris avec des objectifs de limitation du réchauffement climatique et des moyens financiers importants en vue d’aider les PED et pays vulnérables.

            Mais des réticences anciennes et nombreuses. Négociations et application des accords longues et compliquées : mise en oeuvre des accords de Kyoto en 2005 ! Ratification par les Etats pas toujours obtenue (E-U pour les accords de Kyoto), revirement des Etats selon les changements de majorité (EU de D. Trump quittent les accords de Paris). Engagements de réduction des émissions de GES non tenus : E-U, Canada, Australie… Réticences des Etats émergents, des PED qui ne veulent pas voir leur développement économique entravé par des mesures considérées comme contraignantes. Questions environnementales au cœur des débats politiques nationaux avec des positionnements de plus en plus radicaux (climato-scepticisme) ; en période de crise les enjeux économiques et sociaux priment.     

 

II – parce que l’industrialisation s’est opérée au détriment de l’environnement et de façon de plus en plus conflictuelle.

 

            Un modèle de développement économique contre l’environnement depuis le 19e s., début de l’ère industrielle.

19-20e siècles : « Révolutions industrielles » : périodes de transformation économique et sociale générant une croissance économique forte, d’abord dans les pays occidentaux (Europe, Amérique du Nord), puis en Russie et au Japon, enfin dans les pays émergents d’Amérique latine, du Moyen-Orient, d’Asie orientale (Chine, NPIA) et d’Asie du Sud (Inde). Modèle de croissance économique reposant sur l’exploitation intensive des ressources fossiles carbonées : charbon, pétrole, gaz …. Des ressources utilisées comme source d’énergie dans le transport (automobile, avion), la production d’électricité et matières 1eres dans l’industrie ou l’agriculture… + Fin XXe s. : mondialisation reposant sur le transport de marchandises et la circulation des hommes dans le monde entier.

Modèle de croissance économique qui a fortement dégradé les milieux et épuisé les ressources majoritairement non renouvelables. La concentration de GES (CO2 surtout) a provoqué une réchauffement climatique global (+ 0.8°c) qui s’accompagne de modifications des milieux naturels, souvent au détriment des hommes qui y vivent. 

            La possession des ressources fossiles a toujours été un enjeu géopolitique, même depuis que leur exploitation est jugée responsable du réchauffement climatique.

Guerres et compétition entre les puissances sont des accélérateurs de l’industrialisation et donc du réchauffement climatique. Conflits entre puissances sont à l’origine d’innovations qui ont toujours un impact environnemental. La prise de conscience du changement climatique n’a pas ralenti la quête des hydrocarbures, le réchauffement permettant même l’exploitation des ressources dans les espaces les plus hostiles (Arctique). La connaissance du réchauffement climatique n’a pas ralenti l’exploitation des forêts primaires qui captent le CO2 de l’atmosphère (Brésil, Afrique équatoriale, Asie du S-E). De plus, les guerres pour ces ressources engendrent souvent des catastrophes environnementales, comme au Koweït en 1991 avec l’incendie de centaines de puits de pétrole.

            Une évolution climatique facteur de tensions et de conflits à toutes les échelles… La hausse des températures fragilise les populations des régions tropicales, les habitants des littoraux, des deltas des grands fleuves et des îles. Apparaissent les premiers déplacés et réfugiés climatiques. L’instabilité géopolitique de certaines régions est aggravée par la crise climatique : zone sahélienne, Moyen-Orient, Asie du Sud. Les tensions augmentent entre les Etats qui se partagent de grands fleuves : région himalayenne, château d’eau des grands fleuves d’Asie du Sud ; vallée du Nil ; vallées du Tigre et de l’Euphrate.

Dans les pays développés, les populations et les territoires sont partagés entre nécessité du développement économique et préservation de l’environnement. Même dans ces pays, la vulnérabilité des populations augmente face au changement climatique, par exemple pour les Etats du Sud et de l’Ouest des E-U. Des tensions sont apparues entre certains Etats, certaines villes et le gouvernement fédéral durant la présidence Trump. En France, le gouvernement est attaqué en justice par des ONG et collectifs de citoyens pour son inaction…

 

            CCL : la question climatique est un enjeu important des relations internationales. Comme pour les crises économiques ou sanitaires, la limitation de ses conséquences passe par la coopération internationale. Autrefois secondaire, le changement climatique est devenu un facteur très aggravant des conflits internationaux. Pourtant, les tentatives de coopération pour le limiter sont souvent vaines car il est instrumentalisé par des hommes politiques dont les préoccupations sont autres.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article