Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
histoire-geovieljeux.over-blog.com

Les espaces maritimes : approche géostratégique

31 Mai 2016 , Rédigé par GUEDON Jean - Jacques Publié dans #Term. S

 

 

Les espaces marins représentent 71% de la surface terrestre et sont riches en ressources… De plus en plus, ils sont appropriés et aménagés par les Etats, ils constituent les espaces maritimes.

En quoi les espaces maritimes sont-ils des espaces convoités  et source de conflits ? (diaporama)

 

1 – Des espaces valorisés par la mondialisation

- Liens entre les espaces de production et de consommation

Un espace de circulation primordial – 80% des échanges mondiaux en volume- au coût de transport très faible (par rapport voie terrestre). Progression rapide depuis les années 1950, depuis les années 90 –mondialisation des échanges-, léger ralentissement en 2008 mais n’affecte pas évolution globale.

Spécialisation des navires : vraquiers, porte-conteneurs, pétroliers … Taille des navires ne cesse d’augmenter, jusqu’à 19000 EVP (conteneurs de 20 pieds) pour les plus grands porte-conteneurs. Les chantiers de construction navale sont concentrés en Asie orientale, les armateurs sont européens ou asiatiques…

Espaces marins traversés par des câbles sous-marins qui assurent la quasi-totalité des flux intercontinentaux d’informations.

- La mondialisation renforce et hiérarchise les littoraux

Des flux majeurs de marchandises, d’informations et  touristiques : Asie orientale-Europe occidentale ;  Asie-orientale –Amérique du Nord ; Amérique du N – Europe ; Moyen-Orient-Asie orientale etc … Idem pour la géographie des flux d’informations. Flux touristiques en Méditerranée, Caraïbes et Asie du S-E.

Des flux qui déterminent de grandes façades maritimes. Une façade maritime est un littoral qui concentre un grand nombre de villes portuaires ouvertes aux échanges mondiaux et en liaison avec un arrière-pays dynamique. Les industries y sont en situation littorale, les réseaux de transports convergent vers d’immenses plateformes logistiques littorales.  La plus grande façade maritime est celle d’Asie orientale (Japon-Corée du S-Chine-Singapour) avec les principaux ports du monde : Shanghai, Singapour, Ningbo, Qingdao … Les façades secondaires sont celles d’Europe du N-O (Rotterdam-Anvers) et celle du N-E des E-U.

Les détroits et canaux deviennent des passages stratégiques très surveillés (détroits d’Ormuz,  Malacca, Gibraltar), parfois des lieux moteurs du pays (canaux de Panama, Suez…) 

 

2 – Des espaces convoités

- Par les Etats qui cherchent à étendre les ZEE, à s’approprier l’espace marin …

Paradoxe : espaces marins, espaces de libre-circulation pour tous les navires (droit reconnu depuis le XVIe s.) / tentative d’appropriation des espaces marins par les Etats. Un espace maritime est un espace marin approprié par un Etat, d’abord pour se protéger, protéger les routes commerciales ou acquérir les ressources marines. Cette appropriation nécessite des moyens technologiques importants (flotte de porte-avions, sous-marins etc…)

1982 : convention de Montego Bay. Définition de la ZEE, Zone Economique Exclusive, un espace de 200 milles marins au large où l’Etat garde la souveraineté des ressources maritimes. Au-delà, c’est le domaine des eaux internationales … Mais le droit maritime international accorde la possibilité aux Etats d’étendre leur ZEE. La France possède la 2ème ZEE derrière les E-U !

Finalement peu d’Etats ont les moyens technologiques et financiers pour être des puissances maritimes : E-U, R-U, France, Japon … Les puissances émergentes, Chine, Inde, s’équipent rapidement … Cette appropriation est source de tensions…

- … Pour exploiter les ressources maritimes

La pêche. Elle fournit les apports en protéine pour 1 MM d’êtres humains, emploie de nombreuses personnes dans les pays en développement. La consommation de poissons des pays riches est très importante même si son apport en protéine reste limité. Les captures sont surtout le fait d’une pêche industrielle, un modèle qu’adoptent de plus en plus les pays en développement, surtout la Chine.

Les ressources énergétiques. 1/3 des réserves mondiales de pétrole et de gaz ( ?), exploitation des gisements possible jusqu’à plus de 2500 m de profondeur ! Rentabilité dépend du prix du pétrole.  Développement des énergies renouvelables : l’éolien, centrales marémotrices, houlomotrices …

Les minerais : nodules polymétalliques

 

3 – Des espaces sources de tensions ou de conflits

- Des litiges pour la délimitation des ZEE et du partage des ressources maritimes.

En Méditerranée (exemple des gisements d’hydrocarbures entre Chypre, Israël et  l’Egypte), dans le Golfe de Guinée, dans les Caraïbes, en Mer de Chine (îles Spratleys et Paracels convoitées par les Etats voisins dont la Chine et le Vietnam pour des réserves supposées d’hydrocarbures ; iles Senkaku entre la Japon et la Chine)

- Le contrôle des routes maritimes et des océans

Développement de la piraterie en Mer rouge, Océan indien, en Asie du s-E et dans Golfe de Guinée. Les mers et océans sont aussi les lieux de passages de flux illicites (marchandises, migrants, drogues, déchets) pour lesquels la lutte est difficile et pose des problèmes juridiques. En outre, La lutte contre la piraterie nécessite des moyens militaires et techniques importants de la communauté internationale.

- Des tensions qui pourraient s’accroitre … avec le réchauffement climatique (Arctique convoité), épuisement des ressources halieutiques, dégradation des milieux marins (« septième continent »), submersion des espaces littoraux et insulaires (réfugiés climatiques).

Les espaces maritimes : approche géostratégique

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article