Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
histoire-geovieljeux.over-blog.com

Le Proche et Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la Seconde Guerre mondiale

26 Mars 2015 , Rédigé par GUEDON Jean - Jacques Publié dans #Term. S

Depuis la fin de La Deuxième guerre mondiale, le Proche et le Moyen Orient constituent un foyer de tensions et de conflits, dont les répercussions se font sentir dans le monde entier. Cette zone est au cœur des enjeux géopolitiques actuels

- Quels facteurs font de la région un foyer particulier de conflits ?

- Pourquoi ces conflits ont-ils dans le monde une telle résonnance ?

 

1. Une région à forts enjeux

 

- Cartes p. 105, la diversité culturelle et religieuse de la région. Diversité des peuples peut être mise en évidence par les groupes ethnolinguistiques.

  • Population arabe domine en Egypte, dans la péninsule arabique, en Jordanie, Syrie et Irak.
  • Population kurde partagée entre l’Iran, l’Irak, la Syrie et la Turquie.
  • Population du groupe perse en Iran, Afghanistan, Pakistan
  • Population turque en Turquie, Caucase, Iran, Asie centrale.
  • Population du groupe hébreu en Israël.
  • Population arménienne (génocide de 1915)

Le berceau des trois grandes religions monothéistes. Les trois ne forment pas des ensembles unis et homogènes.

  • L’islam est majoritaire et est divisé en plusieurs familles spirituelles.

L’islam sunnite est majoritaire parmi les populations arabe, kurde et turque, parmi les populations d’Afghanistan et Pakistan.

L’islam chiite est majoritaire en Iran et Irak, Azerbaïdjan, Bahreïn et est très présent en Syrie (Alaouites), Liban, Koweït, Yémen … Des minorités chiites sont présentes presque partout (env. 10-15% de la pop dans les pays de la Péninsule arabique).

  • Les Chrétiens sont minoritaires partout. Ils forment des communautés de traditions différentes. Ils sont présents en Egypte (Coptes), Syrie, Liban (Maronites), Irak … Des communautés menacées en Egypte et en Irak aujourd’hui.
  • Des communautés juives ont toujours été présentes au Moyen Orient. Leurs effectifs ont diminué avec la création de l’Etat d’Israël en 1948. Cet Etat est majoritairement juif.

- Carte p. 107 : enjeux du contrôle de l’eau (partage des eaux du Nil, du  Tigre et de l’Euphrate, des nappes de Cisjordanie), des réserves d’hydrocarbures et la position de carrefour entre l’Europe et l’Asie = passages géostratégiques majeurs : Détroit d’Ormuz, canal de Suez, Détroit du Bosphore, Détroit de Bab al-Mandeb.

Dossier p. 110-1 : 1-2 : les réserves se situent dans et autour du Golfe persique, dans les principautés du Golfe, en Arabie saoudite, Irak et Iran. C’est une ressource inégalement répartie.

4-5 : Le pétrole est « une arme politique ». Les ressources longtemps aux mains des Occidentaux ont pu être nationalisées (Iran 1951)et les pays détenteurs de réserves peuvent utiliser le pétrole comme moyen de pression ou étendre leurs relations économiques et diplomatiques dans le monde. Le pétrole devient un moyen d’émancipation politique et économique. En 1973, les Etats de l’OPEP décident d’augmenter brutalement le prix du pétrole pendant la guerre israélo-arabe. Cette augmentation fut un facteur aggravant de la crise économique en Occident. Depuis les réserves financières acquises par les pays pétroliers sont utilisées pour étendre leur influence dans le monde (Qatar, EAU)…

Le pétrole est aussi un facteur de conflits et d’intervention occidentale (Irak, 1990-2003).   

 

2. Une histoire politique et diplomatique complexe facteur de conflits

 

- Carte p. 106. Les frontières issues d’un partage, celui de l’Empire ottoman après 1918, effectué sans tenir compte des réalités humaines, économiques ou historiques. Dans la deuxième moitié du XXe s.,  les principaux États de la zone, devenus indépendants, se livrent une lutte d’influence, qui peut prendre la forme de nationalismes actifs (Egypte, Syrie, Irak, Iran), voire à des guerres (Irak/Iran, guerre du Koweit). Les monarchies du Golfe, quant à elles, utilisent leur image et leurs moyens financiers dans une lutte d’influence : Arabie Saoudite / EAU, Qatar…   

- Carte page 107 : Durant la guerre froide, les États-Unis et l’URSS s’affrontent au Moyen-Orient par alliés interposés, transposant leurs rivalités et jouant des divisions régionales. Ainsi l’Egypte se rapproche de l’URSS pour s’émanciper de l’influence franco-anglaise sur le Canal de Suez ; l’Irak soutenue par les Occidentaux entre en guerre contre l’Iran islamiste en 1980.

- bien des États sont fragiles en raison de l’absence de réelle tradition démocratique (monarchies absolues, dictatures…)  et/ou de la domination d’un groupe communautaire religieux, ethnique ou tribal (Alaouites en Syrie, tribus sunnites en Irak …). En 1975, la guerre civile éclate au Liban un pays qui ne parvient plus à partager le pouvoir entre les différentes communautés confessionnelles (le président devait être maronite, le premier ministre sunnite, et le porte-parole du gouvernement chiite. Les sièges parlementaires ont été répartis entre les chrétiens et les musulmans. Les maronites ont également reçu le contrôle de l'armée). Mais cet équilibre est rompu avec l’arrivée des populations palestiniennes et des inégalités sociales croissantes entre les communautés.

- outre les conflits entre puissances régionales, de nombreux conflits liés à l’existence depuis 1948 de l’État d’Israël ont une portée au-delà des limites du Proche et du Moyen-Orient.

Une petite vidéo pour vous aider à comprendre : https://www.youtube.com/watch?v=4m10_kkbte0 Lire le cours page 122-3

Carte p. 122/3. L’Etat d’Israël est né le 14 mai 1948 après le refus des Etats arabes de reconnaitre l’Etat juif en Palestine et du déclenchement de la guerre. Les Européens ont encouragé depuis la fin du XIXe s. le retour des populations juives d’Europe vers la Palestine dans le but d’y créer un foyer national juif (Sionisme). En 1947, l’ONU encourage le partage de la Palestine en deux Etats, Jérusalem restant une ville ouverte. Mais la guerre de 1948 empêche la réalisation du projet. Les armées arabes mal préparées sont vaincues, le nouvel Etat victorieux annexe une partie de la Palestine (carte p. 123). Trois autres conflits opposent Israël et Etats arabes. Carte p. 118 : En 1967, Israël annexe la Bande de Gaza, la Cisjordanie (donc Jérusalem) et le plateau du Golan (pris à la Syrie). Entre 1979 et 1995, Israël normalise ses relations avec l’Egypte, la Jordanie et négocie la création d’une autorité palestinienne avec Y. Arafat (Accords d’Oslo, page 125) qui doit conduire à la création d’un Etat palestinien.

Dossier pages 120-1 : Mais le processus reste bloqué depuis pour plusieurs raisons :

Montée des extrémismes non favorables au processus dans les deux camps (Hamas, parti islamiste palestinien / Likoud parti de droite au pouvoir en Israël depuis 1996) entrainant la division des populations.

Provocations israéliennes entrainant un soulèvement de la population palestinienne (2e Intifada en 2000), attentats, tirs de rockets entrainant  interventions militaires israéliennes (4 dans la bande de Gaza) et construction d’un « Mur de sécurité » englobant une partie de la Cisjordanie…

Questions non réglées : colonisation de la Cisjordanie par les Israéliens (carte 1, doc. 4), question du partage des ressources en eau (doc. 2), question du statut de Jérusalem (Les Palestiniens veulent en faire leur capitale), question du retour des réfugiés palestiniens dispersés dans les Etats voisins (plusieurs millions de personnes)…

 

3. Des conflits ayant une très grande résonnance dans le monde depuis la fin de la guerre  froide

 

- L’interventionnisme occidental mal perçu … Présence de troupes américaines dans la Péninsule arabique depuis la 1ere Guerre du golfe. Le 11 septembre 2001 marque aussi pour la région un tournant, dans la mesure où les Occidentaux interviennent dès lors directement en Afghanistan et en Irak. Cet interventionnisme, souvent perçu comme une nouvelle forme d’impérialisme, attise les tensions et peut nourrir le fondamentalisme…

- L’Islamisme se diffuse au sein des sociétés du Moyen-Orient.

Dossier p. 108-109 :

Q1 : Il préconise un retour aux lois issues du Coran et de son interprétation stricte (= Charia), il veut étendre son influence sur l’ensemble du monde musulman et sur le reste du monde. Tout gouvernement non religieux est perçu comme l’œuvre de Satan. Les pouvoirs politique, judiciaire et religieux doivent être confondus.

Q4 : En Syrie, Afez el Assad s’oppose aux islamistes car ils ne sont pas nationalistes. Ils rejettent les Etats-nations, veulent étendre l’influence du Coran sur l’ensemble de la communauté musulmane.

 A partir années 70-80, les pouvoirs en place utilisent la religion pour renforcer leur autorité. L’islam politique se développe. Les islamistes influencent les décisions politiques et forment des partis politiques. Un Etat islamiste (islam chiite) est instauré en Iran en 1979. Depuis, le régime iranien cherche à imposer son hégémonie au Moyen orient (contre l’Arabie saoudite sunnite et Israël) et se lance dans un programme nucléaire. Le succès de l’islamisme peut s’expliquer par le fait qu’il se présente comme une alternative à l’occidentalisation et au modernisme (ses valeurs, ses inégalités…)  qui déstabilisent les sociétés traditionnelles. L’islamisme politique accède au pouvoir en Egypte (2012-3) et en Turquie. Plus ou moins "modéré", il organise une islamisation des sociétés (lois conformes aux textes sacrés).

- L’islamisme radical se répand dans le monde musulman et en dehors. Il est organisé en réseaux, constitués de groupes plus ou moins structurés et indépendants  qui utilisent diverses activités criminelles pour se faire connaitre et se financer.  Ils utilisent la terreur pour contrôler territoires et populations. Les rivalités entre chefs et groupes sont nombreuses, mais tous recherchent la tutelle d’une autorité renommée (Al Qaida, Daesh/Etat islamique). Profondément anti-occidental, anti-démocratique, l’islamisme radical cherche une application stricte des textes sacrés.

Deux cartes sur la situation géopolitique en Afrique du Nord et Moyen-Orient (situation en 2013)
Deux cartes sur la situation géopolitique en Afrique du Nord et Moyen-Orient (situation en 2013)

Deux cartes sur la situation géopolitique en Afrique du Nord et Moyen-Orient (situation en 2013)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article