Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
histoire-geovieljeux.over-blog.com

Des territoires inégalement intégrés dans la mondialisation (Term. S)

12 Février 2015 , Rédigé par GUEDON Jean - Jacques Publié dans #Term. S

La mondialisation, par l’inégale intégration aux réseaux d’échanges, induit une recomposition territoriale à l’échelle mondiale. En effet, la mondialisation hiérarchise les lieux à toutes les échelles : elle promeut des « pôles et espaces majeurs », notamment les villes mondiales, mais laisse aussi des « territoires et des sociétés en marge ».

Quelle typologie des territoires peut-on établir en fonction de leur inégale intégration à la mondialisation ?

Quelles sont les caractéristiques des pôles et espaces majeurs de la mondialisation et des territoires restés en marge ?

 

 

I – L’inégale intégration des territoires dans  la mondialisation

Commentaire de la carte p. 271 et carte du blog

1 - les espaces intégrés dans la mondialisation, ce sont les espaces moteurs, les pôles de commandement  de la mondialisation (cf croquis précédents)

- Les métropoles mondiales : grandes villes qui concentrent les hommes, les activités et la richesse, elles exercent une influence importante sur le reste du monde. New York, Londres, Tokyo, Paris…

- Les aires métropolitaines : ensemble de métropoles connectées entre elles. N-E des Etats-Unis (Megalopolis) ; mégalopole européenne, grandes villes du littoral chinois, mégalopole japonaise

- Les territoires des grandes puissances d’Amérique du Nord, d’Europe occidentale, d’Asie orientale et d’Océanie

Ils captent ou émettent la majorité des flux (capitaux, marchandises, information, hommes), ils polarisent l’espace mondial.

2. Les espaces en cours d’intégration ou moins intégrés à la mondialisation

- Les espaces en cours d’intégration : territoires des pays émergents d’Amérique (Brésil, Argentine, Chili, Mexique, d’Afrique (Afrique du Sud), d’Asie (Pays pétroliers, Chine, Inde, Malaisie, Indonésie, Turquie, Russie…). Certains s’associent, notamment le groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du sud). Ils sont des pôles de plus en plus importants du commerce mondial et des échanges financiers. Se sont souvent des Etats vastes (Etats-continents), il existe donc une inégale intégration de leur territoire dans la mondialisation (inégalités régionales importantes en Russie, Chine, Brésil, Inde)

Les pays émergents s’insérant progressivement dans la mondialisation, cette organisation évolue de plus en plus vers une multipolarité. Mais celle-ci laisse encore en marge certaines parties du monde.

- Les espaces faiblement intégrés : littoraux et grandes villes des PED, pays producteurs de matières premières et agricoles, régions intérieures des grands Etats émergents …

- Les espaces délaissés : Etats enclavés, Etats défaillants (Afrique), espaces peu peuplés…

 

 

II – Les caractéristiques des espaces majeurs et des espaces en marge de la mondialisation

1 – Les caractéristiques des pôles majeurs

Sont des interfaces, c’est-à-dire des espaces de contacts, d’échanges  ouverts sur le monde.

Parmi les interfaces, il y a les façades maritimes, c’est-à-dire les littoraux qui concentrent un grand nombre de villes portuaires ouvertes aux échanges mondiaux et en liaison avec un arrière-pays dynamique. Sont aussi en position d’interface, les aéroports, notamment les hubs des grandes compagnies aériennes (Londres, Paris…)

Les pôles majeurs, sont des espaces d’innovations. On y rencontre universités, laboratoires de recherche, entreprises innovantes et financeurs, les trois forment un cluster. Les pôles majeurs sont des pôles culturels, lieux de créations et d’innovations (New York, Londres…) , d’organisation de manifestations internationales (Paris), d’accueil de touristes etc… Ces pôles concentrent les médias, ils sont capables d’avoir une influence culturelle dans le monde entier. Ces pôles offrent des services rares, spécialisés aux FTN… Ces fonctions supérieures  se rencontrent surtout dans les métropoles. Elles valorisent leurs centres tertiaires (CBD), les aéroports et leurs quartiers d’activités. Aussi, les disparités socio-spatiales augmentent dans ces métropoles.

2 – les caractéristiques des espaces en marge de la mondialisation

Ce sont souvent des espaces enclavés sans accès à la mer et aux réseaux de transports développés. Ce sont souvent des Etats défaillants, les gouvernements ne contrôlent pas leur territoire et ne protègent pas leurs populations (insécurité, services publics défaillants). Dans ces espaces, des activités illégales se développent, parfois sous le contrôle d’acteurs mondialisés (trafiquants, FTN, mafias, groupes armés). Les disparités socio-spatiales y sont très importantes, une part importante de la population y est en situation d’extrême pauvreté (PMA d’Afrique et d’Asie). Ces pays ne parviennent pas à attirer des investissements étrangers et sont déconsidérés par les acteurs économiques.

Les marques de leur intégration sont : l’arrivée d’investisseurs dans des zones franches (à fiscalité avantageuse) ; l’arrivée de FTN pour exploiter les terres agricoles ou extraire des matières premières (Afrique) ; la construction d’infrastructures, de réseaux de transport et de communication modernes…

 

CCL : la limite N/S n’a plus aujourd’hui grand sens, la mondialisation permet l’émergence de nombreux espaces, notamment au « Sud ». Elle en déclasse d’autres, notamment au Nord (quartiers, villes, régions) et comme le souligne le rapport de la CNUCED en 2013 : « chaque Nord à son Sud, chaque Sud a son Nord ».

 

 

Classement des villes mondiales en 2014

Classement des villes mondiales en 2014

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article