Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
histoire-geovieljeux.over-blog.com

La guerre et les régimes totalitaires (2eme partie)

22 Novembre 2014 , Rédigé par GUEDON Jean - Jacques Publié dans #1ere S

 

II – Genèse et affirmation des régimes totalitaires (soviétique, fasciste, nazi)

Au lendemain de la Première guerre mondiale, trois régimes d’un type nouveau naissent en Europe : le fascisme en Italie, le stalinisme en URSS et le nazisme en Allemagne. Ils ont en commun une idéologie globalisante qui entend encadrer totalement les individus et rejette les autres. Cependant ils poursuivent des finalités différentes… Comment s’opère la genèse des régimes totalitaires ? Quels sont leurs points communs ? Quelles sont leurs spécificités ?

A - La genèse des régimes totalitaires

Carte p. 160-161. Dossier pages 164-165 : Italie fasciste  et diapos.  

 

Régime stalinien

Régime fasciste

Régime nazi

 

Contexte historique de la naissance

Doc. p. 179. 1928, Staline, l’héritier de la révolution de 1917,  veut transformer l’URSS en une puissance moderne. Par l’urbanisation et l’industrialisation à marche forcée, il veut créer une société nouvelle.

Contexte de crise sociale et politique en Italie au début des années 20, rivalités importantes entre les partis ; Eglise et parti communiste puissants. L’armée et les Italiens n’acceptent pas les conditions de la paix imposées à l’Italie.

Crise économique, sociale et politique en Allemagne au début des années 30 ; rivalités entre les différents partis, notamment à gauche (sociaux-démocrates / communistes) ; hostilité de l’armée à l’égard de la République

Homme, parti

Staline (mort en 1953), secrétaire général du PCUS = seul au pouvoir à partir de 1928. Le PCUS, parti unique, indépendant de l’Etat soviétique, mais qui s’impose à tous les organes du pouvoir (diapo).

Mussolini, chef du Parti national fasciste, député.

Le PNF créé en 1921

Adolf Hitler (biographie p. 168), chef du NSDAP à partir de 1921.

NSDAP, parti national socialiste des travailleurs allemands (1920-1945). Il est le premier parti en Allemagne aux élections de 1933 (diapo)

Idéologie

Diapo : idéologie communiste. Le stalinisme se revendique du marxisme- léninisme, mais se transforme en pouvoir autoritaire pour transformer l’URSS.

Hostile à la démocratie parlementaire et au capitalisme, veut un Etat fort capable d’imposer l’ordre, une société disciplinée, la nation comme valeur première

Diapo : Parti hostile aux Traités de 1919, nationaliste, voulant réunir tous les Allemands dans une Grande Allemagne, antisémite, pour un Etat fort (contre la démocratie parlementaire), anticapitaliste et socialiste (en 1920)

Prise de pouvoir

Doc. p. 179. A la suite de la 1ere guerre mondiale, de la révolution (1917) et de la guerre civile. Staline doit s’imposer et éliminer les autres acteurs de la Révolution après la mort de Lénine en 1924.

 

Par un coup d’Etat, la marche sur Rome des milices fascistes le 27 oct. 1922, la désignation de Mussolini comme chef du gouvernement le 30 oct., et les pleins des pouvoirs entre les mains de Mussolini.

Hitler est élu chancelier et devient président du Reich à partir de 1933. Après l’incendie du Reichstag, il prend les pleins pouvoirs, suspend les libertés et interdit l’opposition…

 

B - Les points communs et les spécificités des régimes totalitaires.

 

Régime stalinien

Régime fasciste

Régime nazi

 

Des dictatures

Dictature : Système politique dans lequel un individu ou un groupe concentre les pouvoirs.

Pouvoir personnel, parti unique, doc. 3 p. 163 : rejet de la démocratie libérale et du régime parlementaire, le parti encadre l’Etat, les administrations et l’armée

 

Staline, chef d’un parti unique, le PCUS.

Entouré de quelques fidèles

 

 

Mussolini, le PNF

 

Hitler, chancelier et président du Reich, devient le Führer, le Guide. Quelques fidèles (Himmler, Goering, Goebbels).

Le culte de la personnalité

Le pouvoir est personnifié par la propagande. Cérémonies fastueusement mises en scène, rituels, œuvres littéraires  et artistiques provoquent une tension émotionnelle.

 

Staline ne possède pas la même aisance qu’Hitler, il a eu recours aux artistes et aux écrivains pour accroître sa popularité.

Doc. 2 p. 182 : André Gide compare le culte de Staline à un culte religieux (les icônes sont des images sacrées), il manifeste de l’incompréhension.

 

Personne de Mussolini, le Duce.

Personne du Führer. Hitler très lié au peuple allemand, qu’il rencontre lors de célébration de masse (Nuremberg, p. 172-3). Il communique aisément avec le peuple allemand, ses prestations oratoires, son charisme expliquent  en partie l’attachement des Allemands à Hitler (p. 205).

 

Le contrôle de l’économie

 Economie encadrée par l’Etat

 

Doc 3 p. 169 et dossier p. 170-171. Staline décide l'industrialisation à marche forcée de l'URSS.  Il sacrifie l'agriculture, qui finance les grands projets industriels. Il ordonne la collectivisation des terres (kolkhozes, sovkhozes). Résistances = terrible famine, les paysans sont déportés en masse.

Politique de grands travaux, alliance avec le capitalisme italien

Alliance avec le capitalisme allemand.

Développement économique au profit du réarmement de l’Allemagne.

L’encadrement de la population

Le contrôle du parti et de l'État s'exerce sur l'ensemble de la société. L'individu en tant que tel est nié, au profit de la communauté, pour laquelle il doit se sacrifier. Il est embrigadé dès la jeunesse dans des organisations de masse qui assurent un endoctrinement politique. Ces organisations se substituent à la famille, à l’école, aux Eglises, aux syndicats et aux associations (sportives).

La propagande utilise les techniques les plus modernes. Livres, journaux, radio et cinéma, s'ils sont strictement contrôlés, sont aussi savamment instrumentalisés au seul profit du régime. Les artistes, au service du pouvoir, doivent véhiculer l'idéologie du régime.

 

 Komsomols (jeunesses)

P. 158 : forger un homme nouveau : ouvrier, obéissant, participant à la réussite du régime

Cinéma en Italie (4 p. 167)

Jeunesses fascistes

Radio en All (p. 163)

Jeunesses hitlériennes

P. 158 : forger un homme nouveau de race pure, travailleur, viril … et soldat

L’usage de la terreur

 

La terreur policière est omniprésente. Ces polices agissent en toute impunité. La pratique de la torture est générale. Des camps de détention apparaissent. La terreur s'abat les opposants, mais aussi sur certains dirigeants du parti, dans la mesure où ils sont une menace au pouvoir absolu du chef.

 

: NKVD (Commissariat aux affaires intérieures) ;

goulags en URSS

2 p. 169 : grandes purges dans le Parti et procès médiatisés de Moscou (1936-1938). Les coupables sont contraints à avouer leur traitrise.

Terreur de masse

OVRA (Organisation de vigilance et de répression de l'antifascisme)

 

La terreur de masse reste étrangère au fascisme.

Gestapo (Police secrète d'État, branche du Service de sécurité) et SS (Section de protection) ; camps de concentration - en Allemagne ; purge du Parti pendant la nuit des Longs Couteaux en Allemagne (1934), l’aile gauche du parti nazi est éliminée

Spécificités

Staline reprend l’idéologie de Marx et de Lénine. A la tête d’un Etat prolétarien, il doit favoriser la transition vers une société communiste sans classe.

 

Le fascisme a dû composer avec deux institutions, auxquelles il reconnaît une légitimité : la royauté et l'Église catholique ;

Mépris du pacifisme, exaltation de la civilisation latine et de l'Empire romain, sont à l'origine de la politique expansionniste de l'Italie dans les années 1930

Nazisme : conceptions fondamentalement racistes = renforcer la race allemande = conquêtes territoriales pour réunir tous les Allemands et constituer  un espace vital (Lebensraum) at mettre en esclavage races inférieures. Les Juifs = race impure, cause des malheurs de l'Allemagne (4 p. 169) = législation raciste (lois de Nuremberg, p.172) Purifier la « race » allemande par la sélection, la stérilisation

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article