Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
histoire-geovieljeux.over-blog.com

La gouvernance économique mondiale depuis 1975

19 Novembre 2014 , Rédigé par GUEDON Jean - Jacques Publié dans #Term. S

 

                Au début des années 1970, le gouvernement économique du monde mis en place à la fin de la Seconde guerre mondiale s’effondre.  1975, 6 puissances du monde occidental se réunissent à Paris pour repenser l’économie mondiale après la crise pétrolière. Une  gouvernance économique du monde se met en place. La gouvernance désigne un nouveau mode de coopération dépassant l’action des seuls Etats et des institutions internationales, par le biais de nouveaux acteurs (privés ou collectifs) pour traiter les problèmes économiques du monde. Ces acteurs cherchent à mettre en œuvre de nouvelles règles, c’est la régulation.

Schéma p. 188 : les acteurs de la gouvernance mondiale

En quoi la gouvernance économique mondiale a-t-elle progressé depuis 1975 ? Est-elle plus efficace ? La gouvernance mondiale ne masque-t-elle pas l’hégémonie d’un petit groupe d’États ?

I – Les acteurs classiques de la gouvernance économique mondiale et les limites de leurs actions

Dossier p. 190-1 : 

- Après 1945, de grandes organisations assurent la gouvernance économique mondiale. Quelles sont-elles ? (1)

Le FMI, le Fond monétaire international, créé pour assurer la stabilité du système monétaire international qui garantit une parité quasi  fixe entre les monnaies pour faciliter les échanges. Le FMI aide les Etats endettés.  Chaque Etat en fonction de sa puissance participe aux ressources financières du FMI (doc. 4).

Le GATT, l’Accord général sur les tarifs douaniers. A partir de 1947, au cours de négociations les Etats du monde s’engagent dans la réduction des droits de douane et à favoriser le libre-échange. En 1995, les négociations ayant abouti, le GATT disparait au profit de l’OMC, une organisation qui règle les litiges commerciaux et règlemente les échanges commerciaux.

Ces organisations ont longtemps été dominées par les Etats-Unis, une puissance économique sans rival jusque dans les années 1970. Cependant,

(2) Ces organisations ont favorisé le libre-échange, les droits de douanes ont quasiment disparu (- de 5% en moyenne), les institutions se sont élargies en intégrant de nouveaux Etats, notamment ceux du bloc communiste : la Chine en 2001, la Russie en 2012 au sein de l’OMC. Finalement les échanges commerciaux et financiers ont explosé (Q 4. cf cours sur la mondialisation).

                - Mais à partir des années 1970, le contexte économique change, de nouvelles puissances économiques apparaissent et de nouveaux rapports de force s’établissent.

Doc. 2 page 194 : Les revendications viennent d’abord des pays du Sud, en développement, dès les années 1970 (Q1). Ils veulent affirmer leur indépendance à l’égard des puissances du Nord et de leurs multinationales.  Ils souhaitent être maitres de leurs ressources et pouvoir contrôler les prix de vente de leurs produits (matières premières surtout). En fait, ils voudraient que les échanges économiques leurs profitent autant qu’aux pays industrialisés du N. Carte p. 189. Les Suds s’organisent constituant des groupes capables de peser dans les décisions : groupe des 77, Pays de l’OPEP (producteurs de pétrole), plus récemment les BRICS.

La hiérarchie des puissances évolue (Diapo). La Chine est devenue la deuxième puissance mondiale, la Russie, le Brésil sont maintenant parmi les 10 premières puissances au monde (l’Inde 11e en 2014). Les puissances émergentes appuyées par de nombreux PED demandent une réforme des institutions internationales. Pourquoi (Q5) ? Etant donné leur richesse et leur rôle dans l’économie mondiale, ils aspirent à en être des acteurs décisionnels majeurs. Ils sont capables de s’unir pour peser sur la scène internationale : les BRICS par exemple.

Depuis les années 70, les crises économiques régionales et mondiales se succèdent. Les institutions internationales sont incapables de les résoudre.  De nouvelles échelles de gouvernance et de nouveaux acteurs émergent…

II – Les nouvelles échelles, les nouveaux acteurs de la gouvernance mondiale et leurs domaines d’action

- La gouvernance organisée par les Etats les plus riches de la planète

Dossier pages 192-193.

Q1-Q2-Q3 : Les  G6 et G20 ont été créés pour trouver des solutions aux crises (crises des années 70, crise de 2008) et aux dysfonctionnements de l’économie (régulation financière, libre-échange non respecté). Au fur et à mesure qu’émergent de nouvelles puissances, elles sont incluses dans les négociations. Les Etats du G20 représentent 90% de la richesse mondiale.

Q5 : Les Etats sont divisés sur de nombreuses questions : la taxe sur les transactions financières ; la stabilité des taux de change (certains Etats, comme la Chine, ont des monnaies sous-évaluées pour favoriser leurs exportations) ; le libre-échange (dans certains secteurs, le marché chinois reste fermé à de nombreuses entreprises occidentales, L’UE et les Etats-Unis protègent certains secteurs d’activité)  etc…

Comme l’entente entre les différents Etats est difficile, les accords bilatéraux (entre deux Etats) ou multilatéraux se sont multipliés… Par exemple les négociations en cours entre les E-U et l’UE pour favoriser le libre-échange (Traité Transatlantique, TAFTA), mais aussi entre les Etats riverains du Pacifique.

http://www.youtube.com/watch?v=C_ycohRfvsQ : vidéo de présentation des principaux sommets jusqu’en 2003.

                - Les nouveaux acteurs de la gouvernance mondiale et leurs domaines d’action

Carte p. 189. Les grandes conférences organisées sur des thématiques économiques, sociales ou environnementales  soulignent le rôle des acteurs non étatiques (firmes transnationales, ONG, syndicats…) dans la gouvernance économique mondiale.

Tous ces acteurs interrogent la mondialisation économique, ses dysfonctionnements et ses conséquences  (Cf cours sur la mondialisation). Ils se réunissent lors de grandes conférences :

Le forum économique mondial à Davos, en Suisse, qui réunit des dirigeants d’entreprise, des responsables politiques du monde entier ainsi que des intellectuels et des journalistes, afin de débattre des problèmes les plus urgents de la planète, y compris dans les domaines de la santé et de l’environnement.

Les forums sociaux pour une autre mondialisation (altermondialistes) réunissent mouvements politiques, associations, syndicats et citoyens (= société civile) qui ont en commun de lutter contre les désordres économiques, sociaux et environnementaux liés à la mondialisation. Tous veulent rompre avec le capitalisme libéral considéré comme responsable des crises récentes.

 

La gouvernance économique est un échec alors que le monde est confronté à des défis majeurs. Les organisations internationales sont légitimes mais leur mode de fonctionnement ne remporte pas l’adhésion de tous les Etats. Les nouveaux groupes, G8 et G20 manquent de légitimité, ils révèlent surtout les rivalités entre puissances. Finalement les accords bilatéraux et les accords régionaux se multiplient…

 

La gouvernance économique mondiale depuis 1975

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article