Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
histoire-geovieljeux.over-blog.com

LES ACTEURS, LES FLUX ET LES DEBATS DE LA MONDIALISATION

9 Octobre 2014 , Rédigé par GUEDON Jean - Jacques Publié dans #Term. S

La mondialisation est un processus d’intégration des différentes parties du monde dans une vaste zone de libre-circulation des produits, des capitaux de l’information et des hommes ; 

C’est une mise en relation des territoires, des sociétés, des cultures par des flux intenses.

 

Quels sont les acteurs de la mondialisation  et quels sont leurs effets sur les flux ? Quels débats suscitent les dynamiques de la mondialisation ?

 

I – Les acteurs de la Mondialisation

 

Des acteurs étatiques (Etats, organisations internationales …) / Des acteurs privés (FTN, banques, ONG, associations …) ; des acteurs légaux/illégaux (groupes criminels, paradis fiscaux).

A – Les Etats

L’Etat est caractérisé par un gouvernement exerçant le contrôle d’une population sur un territoire donné. Territoire, population, gouvernement sont les trois caractéristiques d’un Etat.

L’Etat demeure un acteur essentiel de la mondialisation, il la favorise, il la régule :

- Par son autorité, il peut s’opposer aux initiatives de certaines entreprises ou des ONG, il peut fermer ses frontières à des produits concurrents, imposer des droits de douanes, empêcher des délocalisations.

- Il définit la politique fiscale, il peut apporter des subventions, il peut attirer des capitaux étrangers, des entreprises (ZES, zones franches)

 Il garantit l’ordre social et la sécurité.

- Il peut entraver ou favoriser la libre circulation des hommes, des produits…

Ces moyens diffèrent en fonction de la puissance des Etats.

Les organisations internationales

- Une organisation chargée de réglementer le commerce mondial et de régler les litiges entre Etats : l’OMC (1995)

- Une organisation chargée de régler les transactions monétaires et financières et d’aider les Etats endettés : le FMI (1948).

- La Banque mondiale,  une banque qui trouve des financements pour les pays en développement.

Le FMI et la Banque mondiale favorisent la mondialisation. Ils proposent des Plans d’Ajustement Structurel aux pays en difficulté caractérisés par la réduction des dépenses sociales, des privatisations. Ces plans sont souvent contestés car ils soumettent ces Etats fragiles au marché. Les conséquences pour les populations sont parfois dramatiques.

L’ONU et ses différentes organisations sont plus sensibles à la question du développement.

- Des groupes de discussions comme le G8, G20 ou l’OCDE pour les pays riches

B – Les Firmes transnationales (FTN) ou multinationales (FMN)

Carte p. 257

Une FMN est une entreprise exerçant ses activités dans plusieurs Etats. Ainsi les 80 000 FMN ont 800 000 filiales à travers le monde. Elles appartiennent presque toutes aux pays riches, notamment aux E.-U. (1/4). Progression rapide dans les pays émergents.

Les FMN façonnent de plus en plus le commerce mondial (2/3 des flux). Elles représentent ¼ du PIB mondial et investissent plus dans les PED que les Etats riches n’aident. Elles ont souvent un chiffre d’affaires supérieur aux PIB d’Etats.

Leur puissance repose sur la capacité à gérer l’espace mondial à leur profit comme zone de fourniture (matières premières), de production et de vente. Elles mettent les territoires en concurrence. Elles doivent s’adapter aux cultures, aux habitudes des consommateurs mais aussi aux résistances des Etats et des Citoyens. Pour cela la maîtrise des réseaux de communication est essentielle.

C - Les autres acteurs de la mondialisation

Tous sont des acteurs transnationaux (définition page 253), ils agissent dans le monde entier…

- Les banques, les « paradis fiscaux » profitent d’un marché financier totalement déréglementé

- Les négociants en matières premières, les gérants de fonds d’investissements…

- Les ONG agissent dans le monde entier pour aider les populations, protéger l’environnement.

- Les mouvements sociaux, les syndicats qui organisent des forums sociaux internationaux

- Des populations de plus en plus mobiles : migrants, touristes, diasporas (déf p. 256)

- Les acteurs criminels illégaux (mafias, groupes armés …) participent aux trafics de drogues, de contrefaçons, de personnes…

 

II – La mondialisation des échanges

 

Comment ces acteurs organisent-ils les flux ?

A – La croissance très rapide des flux

- doc. p. 258

Une multiplication par 10 du commerce de marchandises en valeur depuis le début des années 80, avec une accélération au début des années 2000.

Pourquoi ? Ouverture de la Chine, des Etats de l’ex URSS au marché, constitution d’organisations régionales de libre-échange et de coopération économique (ALENA, UE), déréglementation des marchés, c’est-à-dire suppression des règles limitant les échanges et les transactions (notamment financières), nouvelle division internationale de la production entre les pays (cf diapo), baisse du coût du transport des hommes et des marchandises.

B – des flux divers 

- Les flux de marchandises : 1 p. 259

Quelles marchandises ?

La croissance concerne surtout le commerce des produits manufacturés transportés dans des containers (70% des marchandises). La nouvelle division internationale de la production imposée par les FTN explique largement la progression des échanges. La croissance est rapide (7%/an), plus rapide que celle du PIB mondial.

L’augmentation du commerce des produits agricoles, des combustibles et minerais est plus lente. Après une stagnation dans les années 70-85, les échanges reprennent probablement à cause de la demande croissante des pays émergents (Chine).

- Les flux de capitaux : investissements d’entreprises (IDE), fonds d’investissements, échanges de monnaies… La déréglementation accélère la circulation des capitaux, leur contrôle échappe de plus en plus aux Etats.

- Les flux d’informations

- Les flux de personnes : 235 M de migrants dans le monde, 1 MM de touristes

C – Des flux concentrés  

Carte p. 254 :

L’Amérique du N ; l’Asie Orientale ; l’Europe occidentale concentrent les FMN, les principaux marchés de consommation, attirent les touristes, les migrants. Ils organisent le marché des changes, le marché boursier, captent et émettent les IDE. Ils concentrent les paradis fiscaux,  les principaux  trafics illégaux (jeux, produits illicites, de contrefaçons …).

 

III – La mondialisation en débats

 

Quels sont les débats et les contestations que soulève la mondialisation ?

A – La mondialisation économique en question

- La progression du niveau de vie général à l’échelle mondiale… La pauvreté a baissé dans le monde. Le taux de personnes vivant dans l’extrême pauvreté (moins de 1.25$ par jour) a considérablement baissé = 1 hab. /2 en 1990 ; 1 hab/4 en 2008. Mais le seuil d’extrême pauvreté est très bas. Si on considère le seuil des 2 $/j, on compte toujours 2.5 MM de pauvres. La situation de ces populations dépend de la conjoncture des prix des produits agricoles et pétroliers.

- …Mais le creusement des inégalités sociales à toutes les échelles. Si les inégalités N/S diminuent, le rapport sur le développement humain du PNUD (2013) souligne "chaque Nord a son Sud et chaque Sud a son Nord !" (doc. 3 p. 257 : les indignés)

– … Suscite l’invention de nouveaux modèles portée par des acteurs divers

Pour une régulation de l’économie financière (par les Etats) ;           pour un autre modèle de mondialisation : altermondialistes (société civile = syndicats, associations, ONG) ;    pour une dé -mondialisation. Tous s’expriment dans les sommets internationaux, les Forums sociaux mondiaux.

B – La mondialisation et la question environnementale

– Le modèle productiviste, une crainte pour l’environnement : pollution des sols, de l’air, des milieux aquatiques ; épuisement des ressources

-  Une crainte soulignée par des acteurs divers : multiplication des sommets pour la protection de l’environnement depuis RIO en 1992 = sommets réunissant les Etats et la société civile, notamment des ONG et des experts scientifiques (ceux du GIEC pour le climat). Mais des sommets aux bilans mitigés.

- Le développement durable : un modèle unique contesté,  notamment par les PED. Il prendrait trop en compte l’environnement au détriment du développement humain et de la croissance économique.

C– La mondialisation culturelle en question

- Emergence d’une communication, d’échanges culturels mondialisés…

- engendre la crainte de l’uniformisation culturelle (domination de l’anglais sur internet, de la culture occidentale grâce au poids des FMN de l’industrie culturelle occidentale.

- et provoque aussi le repli identitaire.

D – La mondialisation génère des tensions politiques.

-Entre les Etats, pour le contrôle des routes maritimes, la possession des ressources … Egalement au sein des organisations internationales pour la définition des règles, des normes, le règlement des litiges commerciaux

- A l’intérieur des Etats où les citoyens sentent que les intérêts économiques et financiers priment sur le sort des hommes. La société civile, certains partis politiques expriment cette contestation.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article